--
L'ABC de la voile

Bien connaître son voilier... Voici la base préliminaire et indispensable à toute navigation; chaque pièce d'équipement ayant sa fonction propre. Une défectuosité ou une fausse manoeuvre peuvent être lourdes de conséquences. L'amateur de voile compétent est patient et minutieux. Il prend tout autant de plaisir à frotter, entretenir et bichonner son bateau, qu'à naviguer. Il connait bien les principes de navigations et les caractéristiques de son équipement. Il sait comment réagir lors de conditions climatiques difficiles ou d'avaries. Alors, seulement, il pourra tester ses limites et connaitre les joies du monde de la voile.

Cette page n'est qu'une introduction à ce merveilleux monde, et s'adresse au néophyte... En espérant qu'elle lui donnera le goût d'approfondir ce vaste sujet.
L'action du vent :

La propulsion d'un voilier est assurée par l'action du vent sur les voiles, qui produit :

a) une force propulsive dans l'axe du bateau
b) une force perpendiculaire (sauf par vent arrière) qui cherchera à le faire dériver.

Chez les QUILLARDS cette dérive sera compensée par la présence d'un quille profonde qui, par sa résistance sur l'eau, produira une contre-réaction. La présence de 2 forces perpendiculaires inverses, une sur la quille et l'autres sur la voilure, fera donc GITER (pencher) le voilier. Cette gite sera en partie neutralisée par la présence du LEST ( contrepoids), situé sous le niveau de flottaison. Ainsi, le voilier pourra presque se "coucher" sur le côté, il retrouvera de lui même sa position verticale sous la réaction du contrepoids.

La force propulsive (dans l'axe du bateau) découle d'une différence de pression d'air entre les surfaces avant et arrière de la voile; comme dans le cas d'une aile d'avion. L'ampleur de cette force sera fonction de plusieurs facteurs, dont évidemment la surface de la voile, son orientation, sa forme, ses creux et sa tension; tout ces facteurs étant interreliés. La recherche de l'ajustement optimum constitue l'un des grands plaisirs de la voile. Et cette ajustement variera sans cesse selon la force et la direction des vents.


Les voiles :

Il existe plusieurs type de gréements (ensemble voiles/ cordages/ poulies/ etc.. assurant la propulsion); le plus courant étant le SLOOP (voilier à un mât), équipé d'une GRANDE VOILE (à l'arrière du mât) et d'un FOC (à l'avant du mât). Lorsque le foc est de grande dimension, que sa chute et sa bordure viennent très en arrière du mât, il porte alors le nom de GÉNOIS ou GRAND GÉNOIS.

L'orientation et la tension des voiles seront principalement contrôlés à l'aide des ÉCOUTES, cordages attachés à l'angle inférieure arrière de chacune de ces voiles. Si l'ajustement relative de ses voiles, l'une par rapport à l'autre, est bien fait, le bateau sera alors équilibré : ni trop ardent, ni trop mou.

Au besoin, et selon la force du vent, la surface des voiles sera augmentée ou diminuée. Le changement de surface du foc se fera en changeant de voile, et celui de la grand voile en prenant ou lachant des RIS (en pliant la partie inférieure de la voile sur la BÔME, et en l'attachant à l'aide des GARCETTES prévues à cette effet)


Les allures :

Selon que le vent vient de TRIBORD (droite) ou BABORD (gauche), on dira du bateau qu'il est TRIBORD ARMURES ou BABORD ARMURES.

Sans moteur, un voilier ne pourra pas remonter le vent à moins de 30 degrés environ. Hormis cette contrainte, il pourra adopter toute les configurations possibles : vent arrière, de côté, etc... Chacune de ces ALLURES porte un nom, comme l'indique la figure ci-contre.

Plus le voilier sera près du vent, plus les voiles seront BORDÉES (amenées dans l'axe du bateau), plus il s'en éloignera, plus elles seront CHOQUÉES.

Le virement de bord (passer de babord armure à tribord armure, et vice versa) sera plus facile s'il est réalisé par vent de face (AU PRÈS). On dira alors que l'on vire LOF POUR LOF. Par vent arrière, le virement se fera par EMPANNAGE; et sera beaucoup plus délicat. L'empannage, par fort vent, peut présenter de sérieux dangers s'il n'est pas réalisé avec précaution.



Retour
Page d'accueil