René Goupil - Saint
Saints Martyrs Canadiens
Saints Martyrs canadiens
Jesuit Martyrs of North America

      Le pape Pie XI canonise René Goupil en 1930 avec sept autres martyrs jésuites de la Nouvelle-France: Isaac Jogues, Jean de Brébeuf, Gabriel Lalemant, Antoine Daniel, Charles Garnier, Noël Chabanel et Jean de La Lande.

     En 1940, ces saints jésuites sont reconnus par l’Église comme patrons secondaires du Canada.

     En tant que saints Martyrs canadiens, ils ont leur sanctuaire près de Midland (Ontario, Canada). Tout près, se trouve Sainte-Marie au pays des Hurons.

     La fête de saint René Goupil et autres saints martyrs jésuites de la Nouvelle-France, se célèbre le 19 octobre.

     Mais c’est le 26 septembre qu’on les commémore au Canada pour des raisons pastorales.

      Quant à René Goupil, il est plus particulièrement remémoré et vénéré au «Shrine of our Lady of Martyrs» d’Auriesville NY (É.U.d'A.) avec saint Isaac Jogues, saint Jean de La Lande et la bienheureuse Kateri Tekakwitha (le lys des Mohawks).

goupil
À l'accueil du Sanctuaire
Auriesville NY (É.U.d'A.)
Manfred Weidemann, Cooperstown NY. Photo 1995

sanctuaire
Vue du Sanctuaire
Auriesville NY (É.U.d'A.)
Manfred Weidemann, Cooperstown NY. Photo 1995

      L'entrée vers le Sanctuaire [COLISEUM] donne accès à une maquette grandeur nature [OSSERNENON-AURIESVILLE, "Shrine grounds"] où la vie des Jésuites et leurs oeuvres dans la vallée Mohawk sont merveilleusement bien racontées.

      Ce Sanctuaire de Notre-Dame des Martyrs de même que les lieux qui l'entourent, doivent être visités car ils incitent à la prière et à la méditation. En voici l'entrée.


Ossernenon_Auriesville
Entrée du site historico-religieux à l'est d'Auriesville, NY (É.U.d'A.), vers 1992. Photo: Jean Quintal

     Tout dernièrement, en 1997, l’église de Saint-Martin-du-Bois, où René Goupil est né, devient l’un des six clochers d’une nouvelle paroisse agrandie, qui englobe un total de 15 relais paroissiaux .

Clocher St-Martin-du-Bois
La Tour du Clocher à St-Martin-du-Bois. Crayon. William Bréault, S.J., 1988.
Collection privée - Avec permission de l'artiste.

      Cette nouvelle paroisse porte le nom de Saint-René-Goupil-en-pays-segréen.

     Le 19 octobre 1998, fête du patron de cette nouvelle paroisse agrandie, le Musée des Beaux-Arts d’Angers remet à l’église de Saint-Martin-du-Bois les fonts baptismaux sur lesquels René Goupil est rené de l’eau et de l’Esprit.

Fonts baptismaux
Fonts baptismaux - Église St-Martin-du-Bois
Paroisse St-René-Goupil-en-Pays-Segréen
Dr Xavier Moreau. Photo 1999

Et vous avez lu toute l'histoire de mon patron!
Bravo pour votre persévérance...

     En terminant, il faut rappeler que, durant sa courte vie en Amérique, René Goupil fait preuve d'une vie exemplaire par la pratique exceptionnelle de nombreuses vertus toutes chrétiennes dont, entre autres, la charité, la patience et l'humilité. Le père jésuite Isaac Jogues en témoigne abondamment dans son narré, tiré du MS-1652 (Mémoires de 1652) et apparaissant in extenso dans le chapitre suivant. En voici quelques extraits :

Lorsqu'il [René Goupil] se porta mieux, il se transporta en la Nouvelle france pour y servir la compagnie puisqu'il n'avoit pas eu le bien de s'y donner dans l'ancienne. Et pour ne rien faire de son chef, quoy qu'il fust pleinement maistre de ses actions, il se soubmit totallement à la conduite du Superieur de la Mission quj l'employa deux années entieres aux plus vils offices de la maison, desquels il s'acquitta avec beaucoup d'humilité et de charité. On lui donna aussy le soin de penser les malades et les blessés de l'hospital, ce qu'il fit avec autant d'adresse, estant bien intelligent en la Chirurgie, que d'affection et d'amour, regardant continuellement N.S. en leur personne.
Les ennemis estants retournés de la chasse, se jetterent sur nous comme des chiens enragés, à belles dents nous arrachant les ongles, nous escrasant les doigts; ce qu'il enduroit avec beaucoup de patience et de courage, nonobstant la douleur de ses playes.
Tout blessé qu'il estoit, il pensoit les autres blessés, tant des ennemis quj dans la meslée avoient receu quelques coups que des prisonniers mesmes. Il ouvrit la veine à un Iroquois malade, et tout cela avec autant de charité que s'il l.eust faict à des personnes fort amies.
Son humilité et l'obeissance qu'il rendoit à ceux quj l'avoient pris, me confondoit.
Dans le lac [lac Champlain], nous rencontrasmes 200 Iroquois, quj vindrent à Richelieu, lors qu'on commencoit à bastir le fort. Ils nous chargerent de coups, nous mirent tout en sang, et nous firent experimenter la rage de ceux quj sont possédés par le demon. Il endura tous ces outrages et ces cruautés avec grande patience et charité à l'endroict de ceux quj le maltraictoient.

 

<<<   Goupil                                                                   Le NARRÉ   >>>