INTRODUCTION


Qui d'entre nous ne possède pas dans sa famille des aïeux dont les prénoms nous font aujourd'hui sourire ? Leur désuétude n'a pourtant d'égale que leur savoureuse originalité ! Le répertoire que je vous offre est le fruit de longues promenades parmi des dizaines de milliers de pierres tombales. Cette quête du patrimoine m'a fait visiter près de 200 cimetières au Québec selon un itinéraire planifié ou encore au hasard d'un passage dans la région.

L'aventure - bien grand mot pour ces endroits en apparence déserts - a débuté en 1978 au cimetière Notre-Dame, à Saint-Hyacinthe, ma ville d'adoption. Cliquez sur les cimetières visités et vous pourrez alors suivre toutes les étapes qui ont jalonné mon périple à travers la province. Sans doute certains jugeront-ils lugubre une telle activité, mais je ne m'intéressais quand même pas tant à ce qui pouvait se trouver sous terre que dessus, feignant d'ignorer ce qui était devenu invisible pour mieux me concentrer sur le précieux témoignage des épitaphes.

On s'étonnera sans doute de la disproportion entre le nombre de vieux prénoms féminins (17 338) et masculins (9 662). Consulter la répartition alphabétique détaillée. Ceci est dû aux nombreuses variantes féminines ( a, e, ia, ie, ina, ine...) venant s'ajouter aux prénoms originaux. Un tel phénomène de suffixes ne se rencontre pas dans les prénoms masculins, victimes d'une moins grande diversification.

De tous ces vieux prénoms, je n'ai retenu que les plus inusités, laissant ainsi de côté les myriades de Marie, Joseph, Jean-Baptiste... Sur le plan chronologique, ils proviennent surtout d'une période comprise entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe. C'est à cette époque que l'influence du clergé sur les familles en quête de prénoms pour leurs nombreux enfants a fait en sorte que toute la litanie des saints se retrouva personnifiée dans les prénoms de nos aïeux. Ainsi l'explique ce site de généalogie de l'Université de Montréal : "Le choix du prénom chez les catholiques n'était pas laissé au hasard ou à la fantaisie des parents. Au contraire, l'Église tenait à contrôler l'attribution des prénoms pour s'assurer que les enfants recevaient au jour de leur baptême, le prénom d'un saint qui les guiderait tout au long de leur vie."

En cette époque où la mémoire auditive primait sur l'écriture, l'orthographe d'un même prénom variait. Ainsi les "O" devenaient des "AU", les "I" des "Y", les "S" des "Z" et vice-versa. Ces variantes comptent pour environ 15 % des 27 000 prénoms de ce répertoire. Ce qu'on entendait pouvait effectivement porter à confusion car, pour distinguer entre les nombreuses familles d'un même village, on associait souvent le prénom d'une personne à celui de son père dans des expressions comme « Connais-tu l'Orian à Philibert ? » et nous voilà avec un nouveau prénom, Laurian ! Il n'était pas rare non plus d'intervertir deux lettres à l'intérieur du prénom : Nicodème et Nicomède, Ovila et Oliva.

On exploitait à fond toutes les combinaisons imaginables à partir d'un même préfixe. A preuve, les 218 prénoms débutant par Flo et les 277 commençant par Léo. On trouve aussi 335 préfixes Théo, autre témoignage de l'emprise religieuse.

Pour une race que le tristement célèbre Lord Durham qualifiait de « peuple sans histoire », il est plaisant de constater à quel point on s'inspirait des grands prénoms historiques, ronflants de fierté, sortis tout droit de l'histoire ou de la mythologie grecque (Alcibiade, Perséphone, Thémistocle), romaine (Juvénal, Romulus) ou française (Napoléon). Cela faisait quand même plus sérieux que certains prénoms aussi hilarants que Restitue, Alochie, Adélyre, Calmérite, Euphorine... ou Hilarie !

La plupart des vieux prénoms masculins vous sembleront quelque peu cacophoniques ! A l'inverse, les prénoms féminins débordent souvent de poésie : Amérélyse, Altémera, Pulchérie. Plusieurs féminins demeurent quand même inusités : Gilles - Gillette, Jacques - Jacquette, Omer - Omérelle, Roger - Rogelle.

D'anciens prénoms servent aujourd'hui de noms de famille : Aubin, Béland, Bérard, Courville, Gélinas, Mercier, Richer... A noter que ce sont tous là de vieux prénoms masculins. Plusieurs prénoms se rencontraient aussi dans les deux sexes : Darie, Ernesta, Jovite, Magella, Noëlda, Onésime...

La lettre la plus populaire en début de prénom ? La lettre A, tant chez les hommes (1 843, soit 19,07 %) que chez les femmes (2 908, soit 16,77 %). Consulter la répartition alphabétique détaillée. La lettre A était encore plus populaire en finale des prénoms féminins (7 525 sur 17 338 soit 43,4 %). L'explication la plus originale de cette popularité m'a été fournie par un prêtre de ma famille : l'estime de l'époque pour la grande reine Victoria... et son long règne de 63 ans !

Presque tous ceux et celles qui portaient ces prénoms font aujourd'hui partie du monde des souvenirs et de notre patrimoine. Certaines épitaphes en témoignent comme d'une époque austère : « Le plaisir de mourir sans peine vaut la peine de vivre sans plaisir ! » Cette rigueur n'empêchait pas le vieux concierge du cimetière de Saint-Eugène, près de Drummondville, de bien rire en me parlant de ses trois femmes qu'il y avait inhumées; sa première épouse était si possessive que la tombe défonçait régulièrement lorsqu'il en faisait l'entretien ! L'humour ne manquait pas non plus à ce fier porteur d'un vieux prénom qui m'affirmait : « J'aime mon nom propre. Il est tellement propre que personne d'autre ne l'a porté ! »

Certaines épitaphes sont de véritables livres à ciel ouvert, se confiant à la poésie éternelle d'écrivains comme Lamartine :

« Le livre de la vie est un livre suprême
Qu'on ne peut ni fermer ni rouvrir à son choix.
Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois
Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même.
On voudrait revenir à la page où l'on aime
Mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts. »
(Cimetière de l'Est, Montréal)

Cette dernière page, je l'espère, ne se tournera pas avant que ma quête de vieux prénoms ne m'ait permis de parcourir le plus grand nombre possible de cimetières au Québec. D'ici là, prenez plaisir à parcourir le fruit actuel de mes recherches à travers les autres pages de mon site. Au plaisir de vous y accueillir souvent !

© En 1980, une première version de ce répertoire, comptant alors 2 000 vieux prénoms québécois, a fait l'objet d'un dépôt légal à la Bibliothèque Nationale du Québec. ©

Le 15 mars 2010, fut réalisée à la télévision de Radio-Canada une entrevue d'une dizaine de minutes portant sur les vieux prénoms découverts en parcourant les cimetières québécois. Elle est disponible sur YouTube en cliquant ICI. Bon visionnement




à la page d'accueil